Faire la lumière sur l'augmentation des frais de scolarité!

Initialement publié en http://www.veto.be/artikel/shedding-light-on-the-increase-of-tuition-fees

Presque toute la nuit, les frais de scolarité ont augmenté pour certains programmes de 922 € à 6000 €. Les mesures ont été prises arbitrairement, varié entre facultés, et compte tenu des justifications uniques pour leurs mesures.

par Nick Johnston & Kayhan à Seyhan

À la 2018-2019 année académique, la situation des droits de scolarité à la KU Louvain a changé de façon spectaculaire. Au cours des années précédentes, à quelques exceptions près, la majorité des facultés avait des frais de scolarité qui étaient équivalents  citoyens de l'Espace économique européen (EEE) et ceux de l'extérieur  EEE. toutefois, à partir de l'automne 2018, pour de nombreuses facultés cette considérablement changé. Le changement qui a été instituée cette année est venu comme  une surprise pour beaucoup, et les détails entourant le raisonnement derrière il, et l'avenir de la politique reste une question de discussion et enquête. Informations sur la politique, l'évolution des différents facultés, et la réponse des étudiants n'a pas encore été collectées et organisées en  écrit encore, et si une enquête a été nécessaire de le faire. Ceci est d'une grande importance, comme augmenter les frais d'augmentation pour certains programmes de 922 euro 6,000 euros par an. Les mesures qui ont  été prises apparaît arbitraire, faire varier de façon significative entre les facultés, donnant des justifications propres à leurs mesures. Avec l'importance de  la population étudiante internationale à la KU Leuven, il est une merveille que si peu a été fait ou dit, par les étudiants et l'administration ressemblent.

Le cas de scolarité augmente pour les étudiants non-EEE devrait être mis dans un contexte plus large avant que les détails des politiques et autres les développements sont présentés. Ainsi, nous donnerons quelques historique Contexte, et les chiffres sur l'international à l'université. UNE peu plus d'un siècle après la création de l'université 1425, à  moment où l'université avait seulement 2,000 étudiants, 200 étaient international. Le français était la principale langue d'enseignement et administration depuis des siècles. Dans 1911 Néerlandais a commencé à être lentement introduit jusqu'à l'année tumultueuse 1968 lorsque l'agitation populaire flamand  conduit à la séparation de mise en place et le déplacement de francophones Louvain-La-Neuve. Depuis, Louvain a été principalement parlant néerlandais Université.

Compte tenu de son histoire, une attention notable entre le leadership et la population locale a été de voir l'université en tant que délégué syndical et le pavois pour la la survie et la pertinence de la langue néerlandaise et professionnelle académique. L'intersection entre la politique tumultueuse, universitaires, et les préoccupations linguistiques continue d'écho 1968. Conservateur groupes d'étudiants comme KVHV ont organisé des événements faisant allusion à la crainte de anglicisation comme celui récemment intitulé « Colloque: 50 année Louvain flamand, Louvain English?» Faisant allusion à une anglicisation prévue. Commentaires des Recteurs miroir cette préoccupation. Luc, ainsi que Sels la ancien recteur Rik Torfs de chaque anglicisation considéré comme un résultat de plus l'internationalisation comme indésirable. À des niveaux encore plus élevés, la les politiques linguistiques qui affectent l'internationalisation ont des origines dans les décisions prises par le gouvernement.

Le gouvernement belge limite la part des sujets disponibles langues autres que le néerlandais à seulement 18.33% de tous les sujets de baccalauréat. en outre, tous les cours dans une langue étrangère au baccalauréat besoin de niveau à apparier par un équivalent en langue néerlandaise complète. le les négociations entre l'université et l'Etat jouent un rôle décisif dans l'internationalisation au niveau des étudiants ainsi que les professeurs recherche d'un emploi permanent, qui doivent faire preuve de compétence néerlandais à un niveau B2. concernant spécifiquement le cas des frais de scolarité, il est pas dans le pouvoir de l'université d'augmenter les frais de scolarité pour différentiellement  autres citoyens de l'EEE. En ce qui concerne les étudiants en dehors de l'EEE, les décisions concernant les frais de scolarité depuis 2014 ont été décidées sur une faculté par base du corps professoral – y compris les changements les plus récents. Cela signifie que différentes populations internationales ont été ou seront touchés différemment, de la prérogative du corps professoral. Certaines facultés telles que par exemple l'économie, ont eu des débats continuels sur la question. Bien que la KU Leuven a la décision finale d'approuver ces choix. toutefois, les numéros internationaux globaux sont principalement affectés par  politique déterminée au niveau universitaire, dans le contexte de limitations décidées dans l'arène politique.

Internationaux représentent une part considérable des deux étudiants et le corps professoral ces jours-ci, et la vision de l'avenir que le courant recteur tient laisse augurer une internationalisation croissante. Dans 2017, 2,440 de 12,014 Le personnel KU Leuven n'a pas la nationalité belge. Dans le même année, étudiants internationaux composés 17.9% du corps étudiant, à 10,288 hors de 57,457 au total. Des étudiants étrangers plus 1,800 sont néerlandais. Après ça, par ordre décroissant, parmi les plus élevés représentés nationalités chinoise, italien, Indien, Espanol, allemand, NOUS américain, et turc, etc. Pour comparer avec les universités Flandre et à Bruxelles, 10% des UGent de 41,879 les étudiants ne sont pas belges, avec 58% provenant de pays de l'UE. Université d'Anvers est le troisième plus grande université en Flandre avec 21,100 étudiants, 13% dont internationaux. Avoir un regard sur les deux universités à Bruxelles, 20.5% VUB de 15,865 les étudiants sont internationaux avec 52% provenir de Pays de l'UE. Tandis que le 26,000 les étudiants qui étudient à l'ULB, 33% sont étrangers.

Le leadership dans l'université a explicitement engager lui-même à la diversité et l'internationalisation dans les déclarations récentes depuis la campagne menée par Luc pour la position du Sels recteur. Son programme a présenté une déclaration sous son rectorat, l'université serait aiguiser leurs ambitions internationales. Dans son programme, il a critiqué l'université pour se retenir. Salts a fait valoir que les offres de langues étrangères étaient trop limitées. A titre d'exemple de cas il a réussi sur le campus KU Leuven Bruxelles qui a un « baccalauréat en administration des affaires qui est populaire parmi la communauté internationale des expatriés, fonctionnaires de l'UE et de l'OTAN, et diplomates.

Ainsi, Salts soutient que l'université peut se permettre un plus « Approche économique » de penser à admettre un nombre accru de étudiants et professeurs. Le programme sur lequel il a fait campagne  de manifester clairement son opposition à l ' « inefficacité » du gouvernement restrictions. Bien que méfiant d'une anglicisation de l'université, et restant expressément engagé à cultiver et à la défense néerlandaise en tant discipline académique, La plate-forme de se salts posé comme voulant augmenter  la part des étudiants étrangers, contrairement au précédent Status Quo. Cet engagement a recoupé des déclarations sur la diversité que fait Sels, par exemple, que la KU Leuven était « trop blanc » dans un 2016 interview accordée à la voix.

Les développements récents peuvent retracer leurs origines à un changement la législation en Flandre 2014. Ce fut alors que le gouvernement flamand  a décidé que les frais pour les étudiants non-EEE pourrait être augmenté en fonction de les désirs de chaque université. Ici, au cours des dernières années, la frais d'inscription plein temps était à environ 900 euro. Pour l'année scolaire  de 2019-2020 les frais d'inscription régulière augmentera à environ 938 euro. Il y a bien sûr un certain nombre d'exceptions qui peuvent être consultées en ligne sur le site Web de la KU Leuven. toutefois, le plus important les augmentations sont entrés 2018. Les étudiants venant d'au-delà européen Espace économique, en particulier ceux qui sont inscrits dans les programmes de maîtrise et ont seront parmi les plus touchés. 11 de 16 facultés ont un ou plusieurs programmes avec l'augmentation des frais. Avant le 2018 augmentation des frais de scolarité, par et  grand il y avait la parité entre les populations d'étudiants et le prix des frais de scolarité.

Les changements des dizaines de programmes touchés. Nous ne pouvons pas les énumérer tous ici, de sorte que le curieux peut consulter en ligne. En général, les nouveaux frais de scolarité ont été soulevées à l'un des trois niveaux, non plus 1,750, 3,500, ou 6,000 euro.

Les programmes touchés ont varié de ceux qui ont une forte population de les étudiants étrangers comme de nombreux programmes d'ingénierie, maîtriser programmes avec quelques étudiants internationaux. Par exemple « Agro- et Ingénierie des écosystèmes » avait seulement 4 internationaux admis dans le année scolaire 2017, personne ne provenant d'un pays touché. Encore, la les frais ont été augmentés de 922 euro 6,000 euro. Il y a un certain nombre  des exceptions et des détails, cependant, que devrait mentionner. Certains Les programmes de maîtrise, tels que Erasmus Mundus et MANAMA augmentation des frais de tous les étudiants, EEE ou non. toutefois, d'autres lois et le financement mécanismes déterminent le coût de ces programmes. Bien que l'université organise l'information sur ces programmes côte à côte avec d'autres en ligne sur la page «Frais d'inscription spéciales – ils sont distincts. En plus de cette distinction, il y a un certain nombre d'autres détails déterminer qui est touché.

Un facteur notable qui détermine les personnes concernées est Comité d'aide au développement de (CAD) liste des destinataires des officiels Aide au développement (CHAMBRE). Différentes facultés utilisent les catégories de la liste du CAD pour déterminer quels élèves seraient ou ne seraient pas exemptés pour des raisons financières. La liste délimite 4 catégories, Moins Développé, Autre faible revenu, Revenu moyen inférieur Revenu, et Upper Middle Etats revenu.

Par habitant Revenu national brut des Etats détermine leur statut avec moins et inférieur revenu sous $1,045, Lower Middle ci-dessus que  jusqu'à ce que $4,125, et le revenu dit revenu moyen supérieur jusqu'à $12,745. Certaines facultés exemptent différentes catégories avec plus ou moins seuil sur la base de la faculté prérogative. Les étudiants exemptés de la l'augmentation des frais de scolarité seraient plutôt payer le prix payé par les étudiants de l'EEE.

Dans quels pays les facultés renoncent de l'augmentation peut se trouve sur la page d'accueil du programme ou de la faculté respective. Pour exemple, la faculté de génie écrit: « Un nombre limité de dérogations  jusqu'à les frais d'inscription régulière sera accordée à un excellent candidats, fondée sur la preuve de l'excellence académique, maîtrise de la langue et la motivation. Chaque étudiant non-EEE sera automatiquement considéré une dérogation pour que vous ne avez pas besoin de demander une dérogation vous « . Le Faculté de philosophie renonce à l'augmentation des frais pour les moins avancés et d'autres pays à faible revenu dans la liste du CAD et des étudiants et d'atteindre  bonnes notes. La faculté d'ingénierie des sciences biologiques renonce à l'augmentation  frais pour les quatre colonnes de la liste du CAD. La faculté d'architecture trois critères énumérés à renoncer en partie les frais de scolarité, si la étudiant soit prouve qu'ils traitent des problèmes socio-économiques (documenté et traduit par un traducteur assermenté à l'anglais ou l'un des trois langues officielles de la Belgique), ou l'étudiant est bénéficiaire d'une bourse qui ne comprend pas encore le paiement des frais de scolarité frais. Pour ceux qui se demandent sur les étudiants ayant le statut de réfugié, leur l'état n'a pas été affecté et dispense des frais restent obligatoires par la loi  Belgique.

Les partisans de l'augmentation des frais soutiennent, que l'augmentation des frais n'aura aucun effet, comme les futurs étudiants des pays riches  peuvent se permettre des frais plus élevés et les étudiants des pays à faible revenu seraient  ces frais pourraient renoncer. Cette nourrit une pensée simpliste qui pauvres les gens ne vivent que dans les pays pauvres. Bien que complique la recherche et défis ce point de vue. La Banque mondiale a indiqué que le revenu les inégalités entre les pays est en baisse, alors que les revenus les inégalités au sein des pays est en hausse. En d'autres termes, une personne peut viennent d'un pays classé comme revenu élevé (par exemple. Russie, Japon, USA etc.), mais encore pauvres. Une augmentation des frais de scolarité ne prend pas les qualités des étudiants en compte, mais leur (Parents') portefeuille. Par conséquent, une augmentation des frais de scolarité restent surtout socio-économique sélection. Ou comme conférencier lors de l'événement « Le OtherStory » à Pangea expliqué: « Je sais que dans ma vie, l'obstacle le plus dur a été le manque d'argent, et mon entreprise tout étudiant a toujours été limité par celui-ci […] Avaient-ils fait cela il y a deux ans, Je ne voudrais pas été en mesure de venir du tout « .

En octobre 2018, l'organisation faîtière des associations étudiantes (LOCALISATION), le conseil étudiant de KU Leuven (Stura) et Pangea en partenariat pour l'organisation de l'Assemblée pour étudiants étrangers. AFIS a servi dans le but d'offrir une plate-forme pour l'échange d'idées novatrices », rêves, Besoins, mais aussi les préoccupations et les frustrations’. prévue de 6 à 8 pm, il a finalement pris fin autour de 10 pm, parce que la discussion sur les frais de scolarité a dominé l'épreuve en prenant environ une heure et demie. Plus tard, en décembre 2018, un débat dédié a été organisé par Stura pour discuter de la question des frais de scolarité séparément. L'événement avait deux parties: Premier, Stura a expliqué quelques-unes des particularités de l'augmentation et étaient disponibles pour une de questions et réponses. Dans la deuxième partie, les élèves peuvent rencontrer leurs représentants et d'exprimer leurs préoccupations et leurs opinions. Ce, bien sûr, nécessaire la présence des représentants. Stura ne pouvait pas fournir des indications sur le raisonnement, pourquoi plusieurs facultés ont eu l'envie soudaine d'une telle forte augmentation des frais de scolarité, car il n'y avait aucune information disponible. Ce manque d'explication tirait de l'arrière tout au long du débat. Le raisonnement de l'université clarifier l'envie soudaine d'une forte augmentation des frais de scolarité, sous-tendu par des faits et des résultats attendus de la nouvelle politique d'admission fait défaut. Une communication ouverte de l'administration sur les défis auxquels l'université ou son (international) les étudiants sont confrontés auraient aidé le débat à reposer sur des faits, pour se rendre à la racine du problème.  Tous les fonctionnaires ou une déclaration publique se trouvent. Pourtant, on pourrait attendre à ce que d'un établissement public. Il semble que l'administration a tout simplement abandonné les principes d'admission prix inégalitaire et favoriser la sélection par des moyens économiques.  finalement, le débat était une réunion informelle, l'Assemblée n'a pas le droit de prendre une position de fond. Bien qu'il y ait un examen approfondi de l'organisation d'un sondage universitaire à l'échelle pour saisir l'opinion des étudiants sur cette question.  Ce serait une étape nécessaire légitiment la position de Stura par les étudiants eux-mêmes.

pendant ce temps, l'Institut de philosophie a connu un intérêt substantiel dans ces développements, comme les célibataires et les étudiants de maîtrise sont affecté par une plus 300% augmentation du prix. Les étudiants internationaux comprennent  près de la moitié des plus de 900 les étudiants de l'Institut. Dans un ressort 2018 article Veto, certains étudiants de la faculté d'une enquête. dans le article, doyen de la HIW Gerd Van Riel a été cité, donnant un aperçu les motivations de l'institut d'augmenter les prix. Il a cité la nécessité de offrir « un soutien psychosocial et coaching personnel » comme une impulsion pour l'augmentation des frais de scolarité. Il a déclaré que, par rapport à d'autres pays comme les États Unis, Canada, et au Royaume-Uni, KU Leuven était encore abordable. Riel a déclaré « Jusqu'à présent, il n'y a pas eu de réponses négatives ou en colère. Bien que cela puisse être vrai au moment, les choses ont commencé à changer.

Un sondage du corps professoral à l'échelle a été menée par le NFK en Décembre 2018 après l'intérêt croissant des étudiants à aborder le sujet ouvert réunions d'éducation. de plus 120 réponses, 70% étaient opposés à la augmentation des frais de scolarité, sur 20% étaient en faveur, Et à propos 10% étaient indécis. Presque 70% des personnes interrogées a contesté les pays exemptés, plus penser la liste n'a pas exclu assez, bien que 17% des répondants ont dit  que trop de nations étaient exemptés. Peut-être le plus frappant sont les réponses  en ce qui concerne la clarté du HIW dans ses politiques. A la question « Avez-vous pense que la faculté est assez claire au sujet de leur politique sur les dépenses de la l'argent supplémentaire gagné en augmentant les frais de scolarité?» 51.6% des répondants dit non', avec 33.6% disant: « Je ne sais pas », et 13.1% indécis. Ce gauche seulement 2 répondants de 122 en disant qu'ils se sentaient la faculté était clair au sujet de leur politique et les dépenses, 1.6% des répondants.

Bien que nous avons discuté, il y a eu quelques cas de Engagement étudiant, éducation, et de sensibilisation sur le sujet, ignorance et de la confusion sur le sujet est endémique. En tandem avec des commentaires à la AFIS réunion, et le débat organisé par Stura, il est clair que la transparence et l'éducation des élèves est un problème grave. Pourtant, si le HIW sondage est un indicateur, nous pouvons nous attendre qu'une fois informé, étudiants sont largement opposés à la tendance de l'augmentation des frais de scolarité, et aussi par opposition à l'exhaustivité des politiques d'exemption. bien qu'il  ça reste à voir, à moins que les sondages sont effectués soit à d'autres facultés ou à un niveau universitaire large, Représentation des élèves ne  semblent susceptibles de prendre position sur la question. En l'absence de l'étudiant intervention, nous pouvons nous attendre de la politique de se tenir et potentiellement continuer  ou étendre en fonction de la façon dont les facultés évaluent le succès de la ils ont institué des changements. Bien que même cela est difficile à dire, considérant le manque de ressources.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *